Le cancer du col de l’utérus est un cancer féminin qui prend naissance dans l’appareil génital de la femme à partir d’infections persistantes dues au papillomavirus (HPV). Il s’agit d’une tumeur maligne qui peut se propager dans le corps (métastase).

Rappel anatomique

Le col utérin est la partie basse et étroite de l’utérus. Elle est accessible à l’examen clinique, grâce à l’inspection par speculum ou par le toucher vaginal. 

Il comprend 2 parties : la partie externe du côté du vagin (appelée exocol), et la partie interne du côté du corps de l’utérus (appelée endocol). La zone de jonction entre ces 2 régions est la zone de prédilection des lésions précancéreuses et cancéreuses du col utérin.

Facteurs de risque du cancer du col de l’utérus

Un facteur de risque désigne un élément qui peut favoriser le développement d’un cancer. La présence d’un ou plusieurs facteurs de risque n’entraîne pas systématiquement l’apparition d’un cancer. Le virus Papilloma Humain (HPV : Human Papilloma Virus) est le principal facteur de risque du cancer du col utérin. L’infection par ce virus est fréquente chez les femmes mais régresse spontanément, c’est sa répétition et sa persistance qui peut provoquer le cancer du col de l’utérus. Certains sous-types sont plus cancérigènes que d’autres.

D’autres facteurs de risque appelés cofacteurs peuvent favoriser l’apparition du cancer du col utérin tels que la multiparité, la multiplicité des partenaires sexuels, le début de l’activité sexuelle à un âge précoce, le bas niveau socio-économique, le tabagisme et l’utilisation prolongée des contraceptifs oraux.

Dépistage du cancer - Lésions précancéreuses

Les lésions précancéreuses correspondent à des modifications cellulaires du col de l’utérus. Elles ont la particularité de pouvoir évoluer vers un cancer. Leur connaissance permet de les traiter avant qu’ils n’évoluent vers un cancer.

Le dépistage du cancer du col de l’utérus permet justement de détecter ces lésions précancéreuses appelées aussi néoplasies intra cervicales épithéliales (CIN), au moment où la patiente est encore asymptomatique.

Symptômes du cancer du col de l’utérus

Le cancer du col utérin, à un stade précoce ne donne généralement pas de symptômes. Quelques symptômes du cancer du col de l’utérus peuvent apparaître comme une hémorragie génitale souvent provoquée par la toilette intime ou les rapports sexuels mais peut être spontanée, leucorrhées (émissions blanchâtres par le vagin), douleurs pelviennes, dyspareunie, des gênes au moment d’uriner ou d’aller à la selle.

Diagnostic du cancer du col de l’utérus

Pour confirmer le diagnostic de cancer du col de l’utérus, une biopsie du col utérin est très utile. Elle peut être faite à la pince et l’étude anatomo-pathologique au laboratoire permet de confirmer le diagnostic du cancer.

Une fois le diagnostic établi, et avant d’entamer le traitement du cancer, l’étape suivante est de déterminer l’étendue de la maladie, ainsi, l’IRM du pelvis est l’examen de référence, mais d’autres examens médicaux peuvent être utiles et pourront être indiqués par votre médecin traitant.

Traitement du cancer du col de l’utérus

L’attitude thérapeutique est décidée en réunion de concertation pluridisciplinaire et dépend du degré d’extension de la maladie. Le traitement du cancer dépend des facteurs pronostiques du cancer comme la taille tumorale et l’extension ganglionnaire.

Trois types de traitements du cancer du col de l’utérus sont utilisés pour traiter les cancers invasifs du col utérin: la chirurgie, la radiothérapie (radiothérapie externe et curiethérapie) et la chimiothérapie. Ces modalités thérapeutiques peuvent être utilisées seules ou associées selon un ordre chronologique qui diffère au cas par cas. L’objectif principal du traitement est d’éradiquer la tumeur et de réduire le risque de récidive du cancer.